L'encours des produits d'épargne solidaire est fortement reparti à la hausse en 2009, après une année de stagnation, porté principalement par l'essor de l'épargne salariale, selon le 8e baromètre annuel Finansol/Ipsos/La Croix publié mardi.

L'épargne solidaire permet aux épargnants d'allouer une partie de leurs fonds au développement de projets dits éthiques (logement social, développement durable, etc.) qui n'ont pas accès aux sources de financement classiques. En 2009, les produits d'épargne solidaire ont totalisé des encours équivalents à 2,4 milliards d'euros, soit 47% de plus qu'en 2008 (1,6 milliard).

Cette hausse est due avant tout à une loi encourageant les plans d'épargne salariale d'entreprise à investir dans les fonds solidaires. Ce type de placement a ainsi dépassé le milliard d'euros collecté, soit deux fois plus qu'il y a un an, a indiqué à l'AFP François de Witt, président de Finansol, l'association qui fédère les financeurs solidaires.

Pour un quart, cette embellie est attribuable à la hausse de la Bourse, pour les trois quarts aux nouvelles souscriptions, a précisé M. de Witt. En tout, quelque 400.000 salariés ont investi dans les fonds solidaires.

Progression encouragée par l'épargne salariale

L'année 2010 devrait continuer à être bénéfique de ce point de vue, une loi obligeant depuis le 1er janvier les entreprises à proposer à tous leurs salariés de placer leur épargne salariale dans un fonds solidaire. Sur l'année écoulée, tous les autres types de placement ont progressé de plus de 20%, indique le baromètre. La collecte a atteint 240 millions d'euros dans les actions non cotées et comptes à termes auprès des financeurs solidaires et 400 millions d'euros pour les livrets bancaires solidaires.

Par ailleurs, l'épargne solidaire a permis de financer des projets solidaires (insertion de personnes en difficulté par exemple) à hauteur de 507 millions d'euros, soit une hausse de 34% sur un an. Ces investissements ont permis la création ou le maintien de 26.000 emplois et à 2.000 familles d'être logées ou relogées, le logement social restant le premier bénéficiaire de ces fonds. Ils ont également servi à la production d'énergies renouvelables et à l'agriculture biologique ainsi qu'aux institutions de la micro-finance dans le monde.

Retraite : épargnez en payant moins d'impôts. 11 contrats comparés

56% des français disposés à souscrire un placement solidaire

Au total, la notoriété de l'épargne solidaire auprès des Français est en hausse pour la quatrième année consécutive, selon un sondage réalisé par Ipsos. L'enquête de 2010 révèle que 50% des Français ont entendu parler de l'épargne solidaire, contre 40% en 2009 et 13% en 2001. M. de Witt chiffre quant à lui à environ 1% le nombre de Français qui placent une partie de leur épargne dans la finance solidaire.

La notoriété de ces placements progresse plus vite chez les classes aisées et est marquée avant tout en Ile-de-France et dans le sud du pays. Les Français sont toujours le même nombre (56%) à être disposés à souscrire un placement solidaire, mais sont plus nombreux (22%) à être prêts à accepter un rendement financier moindre que des placements classiques.

Cette enquête a été réalisée les 12 et 13 mars 2010 sur un échantillon de 946 personnes.