76% des Français souhaitent que leur banque s’implique dans le développement durable, selon une enquête TNS-Sofres réalisée en avril 2010. Bénéficier d’une image positive dans ce domaine est donc un enjeu stratégique. Pourtant, selon une étude du Cabinet Sésame, elles rencontrent des difficultés à être visibles sur les sites Internet et les blogs spécialisés.

Le cabinet Sésame a étudié la visibilité et la qualité de l’image de huit grandes banques implantées en France (BNP Paribas, Société Générale, Crédit Agricole, Caisse d’Epargne, la Banque Populaire, LCL, le Crédit Coopératif et HSBC) sur 400 sites Internet et blogs spécialisés dans le développement durable, entre le 1er janvier et le 31 mars 2010. Au vu des résultats, il apparaît que les actions ou les projets des banques dans le domaine sont très peu relayées.

Seul le Crédit Agricole semble tirer son épingle du jeu. Citée de manière positive par certains sites influents comme Terra-economica, la banque verte bénéficie des retombées de son engagement pour l’agriculture durable, en faveur des énergies solaires et de son image de proximité avec les territoires.

Mauvaise image, en général

A l’inverse, BNP Paribas et la Société Générale, malgré des efforts de communication, ont pâti de la crise financière. Elles ont une mauvaise image, liée aux bonus ou aux paradis fiscaux. Globalement, le web du développement durable ne leur fait pas confiance. Ces sites spécialisés reprennent de manière très négative les informations relatant des pratiques bancaires jugées irresponsables, notamment par rapport à la crise financière.

Néobanques : les offres les moins chères pour maîtriser votre budget

Plus largement, les internautes associent peu les banques à la thématique, la plupart d'entre eux ne les considérant pas comme de possibles moteurs du développement durable.