Le régime de l'auto-entrepreneur a enregistré 242.000 inscriptions depuis le début de l'année, même si seuls 40% des concernés déclarent une activité réelle, a indiqué à l'AFP dimanche le secrétaire d'Etat aux PME, Hervé Novelli.

Ce statut, qui a été lancé au début de l'année pour simplifier et populariser la création d'entreprises en France, a enregistré "242.000" inscriptions à fin octobre, a déclaré M. Novelli.

Mais il y "beaucoup de gens qui pour l'instant ont déclaré leur activité sans générer de chiffre d'affaires", remarque-t-il: les auto-entrepreneurs sont "autour de 40%" seulement à déclarer un chiffre d'affaires témoignant d'une activité réelle.

Le chiffre d'affaires moyen déclaré atteint "autour de 4.000 euros par trimestre", soit "autour de 1.400 euros par mois", selon le secrétaire d'Etat.

Sur le premier semestre, les auto-entrepreneurs ont généré un chiffre d'affaires global de 361 millions d'euros.

"Entre le nombre d'auto-entrepreneurs qui croît très rapidement, et la saison estivale qui est moins propice (à leur activité, ndlr), globalement on a maintenu le chiffre d'affaires moyen", a commenté M. Novelli. Le secrétaire d'Etat juge que "si on tient ce rythme, on ne devrait pas être très loin du milliard d'euros de chiffre d'affaires pour l'année" qu'il s'était fixé comme objectif.

Trouvez le taux le plus bas pour votre projet immobilier !

Par ailleurs, M. Novelli a rejeté l'idée que le statut d'auto-entrepreneur pourrait constituer une forme de concurrence déloyale vis-à-vis de l'artisanat: "la concurrence la plus déloyale est celle du travail au noir", contre lequel ce statut est "l'antidote le plus puissant", selon lui.

Depuis son lancement le 1er janvier, ce statut permet aux salariés, chômeurs, retraités ou étudiants de développer une activité à titre principal ou complémentaire pour augmenter leurs revenus, avec des démarches simplifiées et un régime fiscal avantageux.