L'UMP a dénoncé jeudi le "scandale fiscal" de "l'explosion" des impôts dans les régions dirigées par les socialistes, due notamment, selon elle, à la hausse des dépenses de communication "à des fins électoralistes".

Depuis 2004, les socialistes - qui dirigent 20 des 22 régions métropolitaines - "ont privilégié le quotidien du conseil régional. Ils n'ont en rien préparé l'avenir", a lancé le secrétaire général de l'UMP Xavier Bertrand, en présentant le "livre noir" des régions publié chaque année par son parti.

Il a dénoncé un "scandale fiscal" avec une hausse de la pression fiscale par habitant de 140% en cinq ans.

Evoquant des "dépenses somptuaires" de communication, M. Bertrand a prévenu que l'UMP avait "bien l'intention de demander des comptes quant à l'opération de manipulation" effectuée selon lui par les régions et départements qui ont utilisé "l'argent des collectivités" pour mener campagne contre la réforme territoriale. Il a cité notamment l'exemple de revues des conseils généraux du Lot ou de la Loire-Atlantique appelant à la défense du département.

Soit il s'agit "d'une pub" et "avant les élections, on n'a pas le droit", soit il s'agit "d'un tract PS" et c'est alors "une illustration des dérives" dans les régions et départements socialistes, a-t-il ajouté. "Les élus UMP vont demander une opération transparence. Nous voulons savoir combien ça a coûté", a-t-il poursuivi.

"Les dépenses de communication sont aujourd'hui utilisées à des fins électoralistes (...) c'est inacceptable", a renchéri Roger Karoutchi, président du groupe UMP à la région Ile-de-France.

Frais bancaires : jusqu'à 223 € d'économies grâce à notre comparateur

Le "livre noir" épingle des dépenses de fonctionnement qui "ont explosé de 85%" entre 2004 et 2009 dans les régions, alors que les investissements n'ont progressé "que de 32%". Quant à la fiscalité, ce sont au total "6,5 milliards d'euros d'impôts régionaux supplémentaires" qui sont prélevés.

"140% d'augmentation de la pression fiscale en cinq ans, est-ce supportable? Non", a dit M. Karoutchi, en fustigeant aussi le "saupoudrage" des subventions aux associations. La région Ile-de-France subventionnait "80 associations en 1998" contre "3.000 aujourd'hui", a-t-il relevé.

A quatre mois des régionales, l'UMP entend, avec cette 4e édition, lancer un "appel au sursaut" des citoyens, a ajouté Roger Karoutchi : "reprenez vos régions".