Bercy sera "à l'écoute" des sénateurs et travaillera avec eux à l'élaboration d'un texte qui leur convienne, a affirmé dimanche l'entourage de Christine Lagarde, après que vingt-quatre sénateurs ont annoncé leur refus de voter en l'état la réforme de la taxe professionnelle.

La ministre de l'Economie "Christine Lagarde est à l'écoute de toutes les remarques des sénateurs comme elle l'a été avec les députés. Un travail commun a permis l'élaboration d'un texte qui a été voté à l'Assemblée nationale, et nous ferons la même chose avec les sénateurs", a expliqué Bercy.

L'ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin, ainsi que 23 autres sénateurs UMP, ont annoncé qu'ils "ne voteront pas en l'état" la réforme de la taxe professionnelle présentée par le gouvernement, dans une tribune publiée par le Journal du Dimanche.

Les sénateurs jugent "peu rationnel" de "mener la réforme des finances avant celle des compétences", une réforme des collectivités territoriales devant être discutée ultérieurement au Parlement.

Et ils demandent des "simulations financières et fiscales (...) avant les décisions".

Frais bancaires : jusqu'à 259 € d'économies grâce à notre comparateur

Répondant à cette inquiétude, Bercy s'est dit disposé à "voir avec les sénateurs les évaluations qui leur semblent nécessaires".

M. Raffarin avait déjà prévenu mercredi qu'il n'y avait selon lui "pas de majorité au Sénat pour voter la réforme de la taxe professionnelle", et estimé que le "calendrier (était) un peu à l'envers aujourd'hui".

L'Assemblée nationale a donné la semaine dernière son feu vert à la réforme de la taxe professionnelle, au terme d'un long bras de fer entre le gouvernement et sa majorité UMP et d'une réécriture complète du projet initial, dans le cadre de l'examen du budget 2010.