Le principe de ce test de résistance a été décidé par le CEBS (comité européen des superviseurs bancaires). L’entourage de Christine Lagarde précise que les ministres européens des Finances en ont « pris acte »

Ces travaux, recommandés aux pays européens par le directeur du département européen du FMI, Marek Belka, ont déjà été réalisés aux États Unis d’Amérique sous la forme de « stress tests ».

Le ministère de l’Économie précise que ces tests de résistance seront entrepris selon une méthodologie et avec des objectifs définis par le CEBS lui-même, sans intervention des gouvernements européens.

Ils seront conduits par les différents régulateurs nationaux des pays concernés sur la base d’hypothèses macroéconomiques communes.

Les conclusions, confidentielles et rendues en septembre, serviront à informer les autorités de chaque pays sur la capacité de résistance des établissements bancaires à de nouveaux chocs du système financier européen.

Le CEBS estime que ses travaux ne doivent pas servir à « identifier les banques qui pourraient nécessiter une recapitalisation », ce point étant de la « responsabilité des autorités nationales ».

Aux USA, sur les 19 banques testées par les autorités pour déterminer si elles ont des capitaux propres suffisants face à la dégradation de leur bilan et de la dévalorisation de leurs actifs, 10 doivent renforcer leur capital pour un montant total de 75 Mds de dollar.

Frais bancaires : jusqu'à 259 € d'économies grâce à notre comparateur

En ce qui concerne l’activité économique européenne, le FMI estime que « le grave ralentissement économique […] pourrait prendre fin au second semestre de 2010 et être suivi d’une reprise progressive ». L’organisme international prévoit une contraction de 4.2% du PIB en 2009 et un recule de 0.1% l’année suivante.